ceriel architecte en système d'information - retour accueil

Actualités

La messagerie électronique ou chronique d'une mort annoncée

Le 17 avril 2015

Vers une disparition de la messagerie électronique ?
par Stéphane NORMAND

Depuis longtemps on entend dire et on lit que la messagerie a disparu ou va disparaître.

Les forums, les espaces collaboratifs, les intranets, les réseaux sociaux d’entreprise, les solutions de communication sur Internet : tout est là pour remplacer la messagerie. Et nombreux sont ceux qui travaillent chaque jour à rendre caduque ce bon vieux courriel.

En réalité, les messageries électroniques, qu’elles soient collaboratives, sociales, webisées, externalisées ou cloudisées… donnez-leur le nom que vous voulez, restent omniprésentes dans notre vie quotidienne.

Quel informaticien n’a jamais tenté d’arrêter un serveur de mails, même de manière planifiée,  sans voir s’abattre sur lui les foudres de toute part ?

Dans les faits, au quotidien, ce précieux service de messagerie électronique reste souvent plus critique que d’autres services internes (paie, comptabilité) et ne doit souffrir d’aucune défaillance ou indisponibilité (disponible 7 j / 7 et 24 h/24). Des études montrent que les entreprises équipent davantage leurs collaborateurs d’une messagerie électronique que d’un téléphone fixe ou mobile. Dans le même sens, ces collaborateurs précisent utiliser davantage leur messagerie électronique que la téléphonie pour les échanges professionnels.

La messagerie électronique est devenue un outil incontournable et le mode de communication le plus utilisé dans l’entreprise moderne :

Découvrons l'avis d'un expert

On lit ses mails à son arrivée au bureau. On les avait déjà survolés pendant le trajet ou au réveil sur son smartphone. Et on écrit, on répond, on classe, on archive, on recherche à longueur de temps. La messagerie n’est plus seulement un moyen de travailler, c’est un travail à part entière. Pour beaucoup d’entre nous, ce travail se prolonge malheureusement le soir et le week-end.

Certaines études évoquent plus de 100 milliards de mails professionnels envoyés quotidiennement dans le monde, entrainant plus de 30 consultations des boites mail par heure pour certains d’entre nous !

Et bien sûr tous les mails que nous recevons ne concernent pas forcement la mission qui nous est confiée au sein de l’entreprise. En outre, les volumes étant devenus monstrueux, la productivité en souffre directement.

C’est pourquoi certains dirigeants voudraient l’éradiquer, alors que certains éditeurs veulent la ré inventer…

En 2014, IBM annonce vouloir ré-inventer la messagerie électronique

En 2011, certaines entreprises programmaient déjà le "zero e-mail"

Alors aujourd’hui, face à cette omniprésence de la messagerie, les solutions évoluent, les infrastructures se renforcent et se sécurisent. Les services rendus aux utilisateurs sont toujours plus complets, plus intégrés, plus conviviaux.

Le BYOD n’est pas seulement matériel, il est aussi logiciel, et applicatif. On veut une messagerie toujours présente et disponible, conviviale, accessible n’importe où et n’importe comment, sans quota et surtout fédératrice.

On la veut intégrée à nos réseaux sociaux, aux flux RSS, aux divers contacts professionnels et personnels…

En réponse, les équipes informatiques mettent en place systématiquement les accès nomades et webmail. Elles déploient des solutions clusterisées, redondantes, sauvegardées parfois plusieurs fois par jour. Les collaborateurs se connectent n’importe quand, n’importe où et depuis n’importe quel périphérique. Tous ces accès sont évidemment sécurisés (SSL, TLS), les échanges de mails protégés (antivirus, antimalware…). L’ensemble de briques technologiques déployées par les équipes informatiques pour la pérennité de la messagerie électronique est tout simplement énorme.

Un seul objectif : améliorer la productivité de chacun avec un service sans faille !

A la messagerie électronique traditionnelle (asynchrone) vient s’ajouter un ensemble de fonctionnalités synchrones, elles aussi de plus en plus présentes et indispensables. L’indicateur de présence, le chat, la vidéoconférence répondent à des besoins ciblés ou à des contraintes économiques ou géographiques fortes (vidéoconférence vs réunion de groupe pour des collaborateurs éloignés).

Les solutions sont nombreuses et variées, et évoluent sans cesse. On trouve les mastodontes (Microsoft Exchange, IBM Domino/Notes), de plus en plus déclinés dans leur version Cloud (Office 365, IBM Smartcloud, IBM Verse). Certains sont tentés par des solutions issues du monde libre, souvent gratuites, mais qui nécessitent une forte implication technique. Entre deux, on trouve des solutions complètes fonctionnellement, à des conditions tarifaires plus intéressantes que les leaders (Zimbra, Kerio). Et les acteurs du Net sont aussi très nombreux à proposer des services très complets (Google en tête de liste, avec IBM et Microsoft pas loin derrière).

Mais toutes ces solutions doivent proposer la même garantie de service, les mêmes fonctionnalités, le même panel de clients. Parce que la « messagerie électronique » n’est plus un support ni un vecteur, c’est un outil à part entière dans l’entreprise. Cet outil est d’ailleurs souvent à l’origine de l’évolution des activités commerciales, managériales, techniques, et aussi très présente dans l’organisation du travail.

Alors oui, disons-le : « La messagerie est morte ! Vive la messagerie »

CERIEL, acteur informatique présent à vos côtés depuis plus de 20 ans, est en mesure de vous accompagner dans vos projets autour des messageries électroniques et autres solutions collaboratives. Faites appel à nos experts.

Crédit photo : © Julien Eichinger - Fotolia

Tags : #messagerie #mail #courriel #internet



Partager cet article sur Facebook Partager cet article sur Twitter